Image de fond précédente Image de fond suivante
Territoire Documents
Actualités
L’unité de traitement est terminée et les essais sont en (...)
Devant les problèmes récurrents de présence de fer et de manganèse, le comité syndical, a décidé la construction d’une (...)
Lire la suite

L’eau de A à Z

Analyse.

L’eau distribuée par le syndicat, est analysée régulièrement par un laboratoire agrée et porte sur environ 30 critères. 28 prélèvements sont effectués en moyenne chaque année afin de garantir de la potabilité de l’eau distribuée.

Branchement.

C’est raccorder un nouvel usager à une canalisation principale existante (en électricité, en assainissement, en eau). Pour le Syndicat c’est le gestionnaire qui effectue ses travaux.

Calcaire.

Roche sédimentaire très répandue qui est dissoute facilement par les acides (vinaigre). On le retrouve régulièrement dans l’eau. Le calcaire se redépose quand les circonstances s’y prêtent, dans les grottes pour former des concrétions telles que les stalagmites et stalactites, dans nos canalisations d’eau chaude et les cumulus essentiellement.

Dureté de l’eau.

C’est l’indicateur de la minéralisation de l’eau. Elle est surtout due au calcium et au magnésium. Elle s’exprime en degré °f ou °TH, à ne pas confondre avec la température °F.
Inférieur à 5°TH, l’eau est très douce.
De 5 à 13°TH elle est douce.
De 14 à 25°TH elle est moyennement douce.
De 26 à 37°TH elle est dure
Supérieur à 37°TH est très dure.
Le Titre Hydrotimétrique de l’eau du syndicat est d’environ 36°TH.

Essai d’un nouveau forage.

La mise en exploitation d’une nouvelle source d’eau potable impose des procédures strictes de la part des services de l’état. le protocole préalable à la mise en service du nouveau forage prévoit un pompage temporaire suivi d’un prélèvement avec analyse par un laboratoire agréé.
Le fort débit d’eau rejeté en été dans les fossés (25m³/heure) peut surprendre la population mais est nécessaire pour être certain d’avoir une eau de qualité.

Fer.

Elément naturel, abondant sur terre, comme dans tout l’univers. On retrouve le fer dans les eaux sous-terraines qui alimentent les captages du syndicat des eaux. Le fer se dépose le long des canalisations, pour former des dépôts, qui peuvent ponctuellement
se mélanger à l’eau et la rendre trouble lors de pointes de débit ou d’à-coup hydraulique sur le réseau.

Le fer est utile à notre corps et surtout à nos globules rouges qui l’utilisent pour fixer l’oxygène.
Voici quelque aliments, riches en fer (mg/100g) :

  • 18.0 Foie de porc braisé
  • 14,0 Boudin noir cuit
  • 13.0 Foie d’agneau ou de poulet, braisé ou sauté
  • 12.0 Rognons d’agneau braisés
  • 11,5 Poudre de cacao sans sucre
  • 9,1 Foie de volaille cuit
  • 9,0 Farine de soja
  • 9,0 Germe de blé
  • 8.0 Haricots blancs et lentilles cuits
  • 8.0 Foie de veau cuit
  • 6.0 Haricots rouges, pois chiches ou haricots de lima, cuits
  • 5,7 Jaune d’œuf
  • 4.0 Céréales à déjeuner
  • 3.0 Épinards bouillis

Gaspillage.

C’est consommer inutilement,

  • Un robinet qui fait du goutte à goutte c’est 5 litres par heure (43 m3 / an).
  • Un filet d’eau c’est 16 litres par heure (140 m3 / an).
  • Une fuite de WC c’est 25 litres par heure (219 m3 / an).
  • Une fuite d’eau c’est 63 litres par heure et voir bien plus (550 m3 / an).
  • Une fuite d’eau peut vite doubler la facture.

Hydrogéologue.

L’hydrogéologue est le spécialiste de la prospection, de l’évaluation des ressources, des projets d’exploitation et de la gestion des eaux souterraines.

Le syndicat fait appel à lui pour :

  1. Identifier à partir d’observations de terrain et par différents modes de prospection, les nappes souterraines qui pourront être exploitées pour l’approvisionnement en eau potable.
  2. Déterminer, les périmètres de protection à mettre en place autour des captages.
  3. Accompagner le foreur lors des activités de forage pour assurer le suivi technique et le conseille.

Intervention.

Les interventions effectuées par l’exploitant sont assez diverses, mise en service de nouvelle installation, résiliation, remise en service, contrôle d’installation, petit et gros dépannage du réseau, recherche de fuites pour l’amélioration de la qualité du réseau et tendre vers un rendement de 83%, purge de point bas de certaine conduites.
181 interventions ont été effectuées en 2008 et 172 en 2009.

Jour de pointe de consommation.

C’est la plus forte consommation journalière enregistré aux puits, de l’année. Pour mémoire, en 2008 la plus forte consommation a été de 12863m³ jour.

Kotiary.

Localité dans l’est du Sénégal, située dans le département de GOUDIRY et la région de Tambacounda.
Depuis plusieurs années, le syndicat des eaux de Foissiat participe avec l’Association Coopération et Solidarité Internationales de
Montrevel, à l’amélioration de la ressource en eau du village et de sa région. _ Chaque année le syndicat alloue une somme à son budget pour cette action, elle a été de 3 000 € en 2010.
Sur Google Earth taper "KOTIARI NAOUDE, Senegal"

Limpidité.

L’eau est naturellement limpide mais elle a la fâcheuse habitude de transporter tout les corps quelle rencontre. Les mesures de turbidité sont incluses dans les analyses régulières que fait le syndicat des eaux.
Les manœuvres des pompiers, les casses de conduite et les fortes consommations d’eau peuvent rendre l’eau trouble, voir plus.

Manganèse.

Le manganèse est très courant sur terre. Il est nécessaire à l’homme pour vivre. On le retrouve comme pour le fer dans les eaux souterraines. Les concentrations varient suivant les puits et les forages du syndicat.
Le manganèse lui aussi se dépose dans les
conduites et provoque le même phénomène de turbidité de l’eau.

Nitrate.

Le nitrate est le produit de l’oxydation de l’azote (l’atmosphère contient 20% d’Oxygène et 78 % d’Azote).
Il est utilisé couramment dans les engrais, les explosifs, la conservation des aliments, etc.
Le nitrate est également produit par la décomposition de matières végétales ou animales, d’engrais utilisés en agriculture, du fumier, d’eaux usées domestiques et industrielles.
Il peut par l’infiltration du sol polluer les eaux souterraines. C’est pour cela que des périmètres de protection sont mis en place autour des captages.

Odeur.

L’eau distribué est normalement inodore, une chloration excessive pour des raisons sanitaire, peut amener temporairement
quelques désagréments olfactives et gustatives, mais sans danger pour l’organisme.

Pression.

Poussée produite par l’eau sur les parois des canalisations. La pression est propre au réseau d’eau, elle dépend de l’altitude du
réservoir du château d’eau par rapport à l’habitation, de la longueur et de la grosseur des canalisations, du nombre d’abonné utilisant l’eau en même temps et de la casse possible de canalisation du réseau d’eau.

Dans le cas d’une pression trop élevée, la pose d’un stabilisateur maintiendra une pression raisonnable dans l’installation.
Dans le cas d’une pression insuffisante, l’installation d’un surpresseur, redonne de la pression dans l’installation, c’est le cas
d’immeuble de forte hauteur.

Qualité de l’eau.

Une eau potable est une eau qui est agréable à boire et sans risque pour la santé. C’est pourquoi le ministère de la Santé a défini
des critères de qualité pour que chaque consommateur soit assuré d’une eau de qualité.
Le syndicat des eaux par l’intermédiaire
de son exploitant fait analyser régulièrement les eaux pompées et distribuées, afin de garantir une eau dans les normes de qualité.

Recherche en eau.

Afin de palier à l’ensablement des puits, conséquence directe de la forte sollicitation de l’ouvrage par des pompes en été. Le syndicat avec l’aide d’un cabinet d’hydrogéologues à rechercher une nouvelle zone de captage propice à l’installation de nouveaux forages.
Deux secteurs son favorables dont un dans le périmètre actuel, le syndicat à lancer une procédure pour la création d’un nouveau forage dont l’avenir est prometteur.

Surveillance.

L’installation est surveillée par l’exploitant 24h/24h, afin de palier rapidement à tout dysfonctionnement dans la distribution de l’eau et sa qualité de consommation.

Taxe.

Au coût d’exploitation de l’eau s’ajoute les taxes. Elles diffèrent suivant les communes desservies. Nous retrouvons :

  • La taxe d’assainissement collectif ou La taxe du Service Public d’ Assainissement Non Collectif.
  • La taxe en faveur de l’agence de l’eau.
  • La Taxe à Valeurs Ajoutées.

Usager.

Celui qui a recours à un service public, comme le rail, la route, l’électricité et bien sûr l’eau.

Vanne.

Organe de réglage du débit d’eau dans les canalisations, La vanne peut être manuelle ou télécommandée depuis un poste de contrôle.

Wattheure.

Unité d’énergie électrique servant entre autre à la facturation des consommations en électricité.

  • Energie électrique consommée par le syndicat :
  • 251792 kWh pour 486306 m³ produit en 2008.
  • 288644 kWh pour 516486 m³ produit en 2009.

Xérophile.

Plante adaptée aux climats secs ou désertiques, comme le genêt, le buis, les plantes grasses.

Yang-Tse-Kiang.

ou fleuve bleu (6300km), se place au troisième rang des plus grands fleuves mondiaux, derrière l’Amazone (7025km) et le Nil (6671km).
La méthode de mesure peut faire varier sensiblement le résultat, voir même le classement.

Zone.

Espace limité, Les puits et les forages sont protégés par trois zones concentriques qui ont chacune des règles propres sur l’accès et l’exploitation des terrains concernés par ses dites zones.

Retour haut de page